Rechercher dans ce blog

lundi 27 février 2017

Communiqué de presse suite à la consultation interne à EELV.




Communiqué EELV Bourgogne

Pour construire un rempart positif au libéralisme d'Emmanuel Macron, au conservatisme de François Fillon et au nationalisme dangereux de Marine Lepen, les participants à la primaire de l'écologie ont approuvé à 79,53 % sur 9433 participant-e-s ( 5,08 % blanc, 15,39% contre), le retrait de la candidature de Yannick Jadot pour un rassemblement avec Benoît Hamon.

C'est une décision responsable et cohérente avec nos valeurs qui réfutent la présidentialisation du régime. C'est le début d’une nouvelle dynamique !

La plate-forme présidentielle sur laquelle Benoît Hamon s'est engagé reprend des pans entiers du programme " Bien vivre " de Yannick Jadot et des écologistes. C’est donc un formidable espoir de faire entrer la France dans l’excellence écologique, la refondation de la société du travail pour plus de justice sociale et, pour une représentation plus juste des citoyens et leur forte implication dans
les décisions publiques, une démocratie plus vivante.

L'espoir d'une société plus juste socialement et écologiquement permet de gagner cette élection.
Aujourd’hui notre responsabilité à chacun-e est de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour peser en faveur d’un rassemblement avec la France Insoumise, malgré le refus de Jean-Luc Mélenchon,

le Parti Communiste, Ensemble !, Charlotte Marchandise et tous les mouvements qui ont en commun la volonté de rendre notre société plus juste et plus écologiste.

Mourad Laoues et Nathalie Charvy
Portes paroles EELV Bourgogne

jeudi 16 février 2017

Avec Théo et les autres victimes, rassemblement samedi 18 février 2017 15h, place Darcy à Dijon.



Avec Théo et les autres victimes 

rassemblement samedi 18 février 2017 15h 

place Darcy à Dijon.


Les faits qui se sont produits à Aulnay-sous-Bois sont graves.
Le déni par les autorités policières, les déclarations racistes qui en ont suivi sont inacceptables. Inacceptables pour les premiers visés, qui supportent quotidiennement des contrôles dont chacun sait qu’ils n’ont qu’un très lointain rapport avec la réalité de la délinquance.
Inacceptables pour toutes celles et ceux qui souhaitent bénéficier d’une police respectueuse des personnes et de leurs droits, garante des libertés et de la sécurité publique.
Inacceptables, enfin, pour la police elle-même, dont la profession est entachée par ces comportements.
Lorsque des agents ayant autorité outrepassent leurs droits et violent ceux des autres, ils menacent le pacte républicain qu’ils sont chargés de défendre.
Les faits qui se sont déroulés à Aulnay sont d’une exceptionnelle gravité. Mais ils sont loin d’être isolés. Il est temps d’y porter un coup d’arrêt, temps de réaliser qu’au-delà des faits incriminés, c’est l’ordre public lui-même qui est mis en cause, et, avec lui, la sécurité de toutes et tous.

Nous rappelons avec force que la loi puise sa force dans le fait qu’elle vaut pour tous et que la République n’a d’avenir que dans le respect de sa devise.

C’est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui ont à cœur les valeurs d’humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l’égalité et la fraternité au racisme et au mépris social, toutes celles et ceux qui jugent urgent de rétablir la confiance entre les citoyens et les forces de l’ordre, à se rassembler le samedi 18 février 2017 à 15 heures place Darcy à Dijon, en soutien à Théo, contre des dérives policières auxquelles il faut porter un coup d’arrêt.

Nous appelons le gouvernement à prendre la mesure de la gravité des événements et à prendre en compte les propositions portées par la société civile en matière de lutte contre le racisme et de sécurité publique.

ATTAC / Ligue des Droits de l'Homme /MRAP /CGT / FSU/ Solidaires


jeudi 26 janvier 2017

Appel à rassemblement "délinquants solidaires" 9 février 2017




Douze procès en cours pour aide (bénévole) aux étrangers !

Halte à l'intimidation ! Oui à la solidarité !

Nombre de citoyens ont été émus par « l'affaire » Cédric Herrou, ce militant de la solidarité, dans la vallée de la Roya, contigüe à la frontière italienne, a accueilli des réfugiés/migrants en grande détresse alors que l'Etat qui le poursuit aujourd'hui, les refoule ou les expulse. Et l'Etat n'est pourtant pas complètement innocent de la situation régnant dans un certain nombre de pays, qui contraint au départ leurs résidents même avec les énormes risques encourus.

Il avait été pourtant annoncé qu'il n'y aurait plus de « délit de solidarité ». Mais si la nouvelle loi élargit les clauses d'immunité, elle laisse possible d'utiliser ses lacunes. En fermant les frontières et en réprimant l'aide bénévole, sous prétexte de combattre passeurs et trafiquants divers, l'Etat ne fait que rendre l'accès « normal » encore plus difficile, au grand bénéfice de ceux-ci qui, de ce fait, continuent à prospérer et à s'enrichir sur la misère du monde.

L'Etat ne se donne pas les moyens d'appliquer ses propres lois en faveur des demandeurs d'asile ou de la protection de l'enfance en danger. Aussi nombre d'associations et de militants en actions quotidiennes de soutien qui suppléent à ses carences, ont décidé de réagir nationalement en organisant, la veille du procès concernant Cédric, des manifestations de solidarité dans tout le pays :

* pour affirmer ainsi leur « complicité » avec lui et tous les militants actuellement poursuivis;

* pour exiger l'abrogation totale du « délit de solidarité » (pas simplement pour le séjour, mais aussi pour l'accueil et la circulation), pour les aidants qui le font bénévolement.

Rappel : l'article 13 de la déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948 proclame :
«1.Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.
 2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays »

A Dijon, rendez-vous pour une chaîne humaine,  
place François Rude (dite du Bareuzai), jeudi 9 février 2017, 18H

Collectif de soutien aux demandeurs d'asile et migrants : ACAT Dijon / Action Catholique Ouvrière / AGIRabcd 21/Amis de la Confédération Paysanne/ Amnesty International Dijon  2017/ ATTAC 21 / ATMF Dijon / CFDT 21 / CGT 21 / Club Unesco Dijon / CCFD Terre Solidaire / CLCV / CNT 21 /Confédération Paysanne/ CSF / Espace Autogéré des Tanneries / Euphorbe en Illabakan / FCPE / FSU 21 / LVN personnalistes et citoyens / Ligue des Droits de l’Homme / MAN /Mouvement de la Paix/ MRAP / Pastorale des Migrants / RESF 21 / SAF / SOS Refoulement / SOS racisme / Solidaires / Solidarité afghane / UJFP / Tends la Main / Urgence Solidaire.

lundi 23 janvier 2017

Intervention de Sylvain Cypel sur le thème : " La relation entre Trump et Israël et les impacts sur le Proche-Orient."



Le 27 janvier, à 20 heures 15, à Quétigny
salle du Cromois 

invité par l'AFPS21 et l'UJFP21

Sylvain Cypel interviendra sur le thème :
" La relation entre Trump et Israël et les impacts sur le Proche-Orient."

Ancien chef adjoint de la section internationale puis rédacteur en chef au journal Le Monde, Sylvain Cypel connaît très bien et Israël (où il a vécu pendant douze ans) et les Etats-Unis (où il fut le correspondant du Monde de 2007 à 2013).

Publications :
    - Les emmurés : la société israélienne dans l'impasse, Paris, La Découverte, coll. « Poche », 2006, 462 p : Sur l'occupation israélienne. Épuisé.

    Les livres suivants seront à votre disposition le 27 janvier :
    - Un Nouveau rêve américain, Autrement, coll. « Angles & reliefs », 2015, 17,50 € : sur le brassage de populations de plus en plus présent aux Etats-Unis.
    - Liberty : Quand les États-Unis, malgré de puissantes résistances intérieures, attirent en masse les immigrés et en bénéficient, la France les rejette et se prive de cette chance, Don Quichotte éditions, 2016, 19 €.

- La salle du Cromois , 2 avenue du Parc, derrière la Maison de retraite, est à 200 m du terminus du tram (arrêt QUETIGNY CENTRE).




Conférence/débat le 26 Janvier 2017 à Dijon 20h00 avec Julien SALINGUE au Centre de rencontre international de Dijon.






Après la chute d'Alep, avec l'entente Erdogan Poutine,
quel avenir au Moyen-Orient ?
Quelles évolutions, quels risques avec l' arrivée de Trump au pouvoir aux USA ?
Quels impacts en Europe et en France, quelles responsabilités ? 

 Conférence-Débat
le 26 Janvier à Dijon 20 h 00
avec Julien SALINGUE
au Centre de rencontre international de Dijon
1 avenue Champollion, angle avenue de Dallas


Et aussi comment les gouvernements « occidentaux », notamment de la France, ont pesé sur la situation au Moyen-Orient : intérêts économiques, alliances avec les émirats et l'Arabie Saoudite...

Des centaines de milliers de personnes n'ont que le choix entre la mort et la fuite, elles sont le plus souvent rejetées par les pays dits démocratiques et notamment l'UE et la France, qui préférent les renvoyer dans des camps en Turquie. Une organisation comme Daech en profite pour recruter et Erdoğan accentue sa guerre intérieure contre les Kurdes et réprime brutalement tous les opposants.

Les attentats qui ont lieu dans les pays européens ou ailleurs dans le monde, en lien avec la situation au Moyen-Orient ont été instrumentalisés pour justifier l'état d'urgence en France, largement exploité pour réprimer les mouvements sociaux, la solidarité avec les migrants...

Quelle solidarité relancer, alors que les luttes continuent, comme les massacres, après la chute d'Alep ? 
 
Parce que cette situation est explosive, le NPA 21 vous propose d'y réfléchir et d'en discuter avec Julien Salingue, Chercheur en science politique, spécialiste du Moyen-Orient.

NPA Bourgogne/Franche-Comté :
bourgogne-franche-comte.npa2009.org


NPA 21 BP 97 21803 QUETIGNY CEDEX

jeudi 5 janvier 2017

Invitation à débat avec Sophie-Anne BISIAUX le 09/01/2017 Maison des associations / Dijon.





Invitation à un débat entre militants, avec Sophie-Anne BISIAUX

LUNDI 9 JANVIER 2017 à 18h30 

 salle 501 Maison des Associations.


Auteur d’un remarquable ouvrage sur la place de l’étranger dans la communauté politique, « Commun parce que divisé - Le monde à l’épreuve de l’étranger » (Editions Rue d’Ulm - Avril 2016).

La LDH a sollicité Sophie-Anne Bisiaux pour un échange entre militants à partir de sa recherche. Présente à Dijon la semaine du 9 au 15 Janvier Sophie-Anne a accepté de venir en lieu et place de notre réunion mensuelle de section.

Les militants d’autres associations sont cordialement invités.
Anne-Sophie, qui a étudié la philosophie, le droit et la sociologie à l’Ecole Normale Supérieure, mène des recherches autour de la place de l’étranger dans la communauté politique. Elle a participé à des permanences de la LDH, dont elle dit garder un très bon souvenir « Vous m’avez donné le goût de cette forme d’engagement et j’ai, par la suite, eu la chance de travailler aux côtés du Gisti et maintenant de l’Anafé » nous a-t-elle écrit.

Petit résumé de son ouvrage:
« A l’heure où la mobilité humaine s’annonce aux côtés du réchauffement climatique comme le plus grand défi de notre siècle, il importe de penser les contours d’un monde commun qui ne se paie ni des mots d’une globalisation économique autorisant une libre circulation des capitaux et des marchandises qu’elle refuse aux hommes par l’édification galopante de murs aux frontières, ni d’un Etat universel, dont les relents totalitaires et coloniaux passent pour inacceptables au lendemain du 20ème siècle. Requise par notre temps, une cosmo-politique qui évite le double écueil de la domination et de la réduction de la pluralité humaine, ne peut se dessiner qu’en faisant de l’ouverture de la communauté nationale à l’extériorité, à l’extranéité et à une conflictualité proprement politique, son principe le plus fondamental. »

Sophie-Anne propose de lancer un débat à la lumière de l’actualité politique.


jeudi 15 décembre 2016

Rassemblement soutien Alep vendredi 16 décembre 2016 place François Rude à Dijon.



La section de Dijon de la Ligue des Droits de L'Homme appelle 

à participer au rassemblement de soutien 

aux habitants d'Alep et au peuple syrien 

le vendredi 16 décembre à 19h place François Rude à Dijon.

.

Solidarité avec les victimes à Alep

 

A l’heure où les forces gouvernementales syriennes sont en train de prendre le contrôle de la quasi-totalité de l’Est de la ville d’Alep, des dizaines de milliers de civils doivent être protégés de toute urgence.
 
Les événements des dernières 24 heures indiquent que des civils vivant dans ces secteurs seraient victimes d’actes de représailles commis par les forces loyales au gouvernement syrien : détention arbitraire, torture, disparition forcée et exécutions extrajudiciaires. Le Haut-Commissariat de l’ONU (HCDH) aux droits de l’homme dénonce l’exécution d’au moins 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants, par les forces pro-gouvernementales.
 
« Nous avons été informés que des forces pro-gouvernementales ont pénétré dans des habitations et tué les civils qui s’y trouvaient, y compris les femmes et les enfants », a dit le porte-parole du HCDH, Rupert Colville.
Aujourd’hui, les blessés ne peuvent pas être évacués, et ceux qui essayent de fuir risquent leur vie.
 
Nous demandons que :
– Les parties au conflit autorisent les civils, s’ils le souhaitent, à quitter la ville sans restriction et en toute sécurité, et que leur évacuation soit facilitée.
– Un accès humanitaire soit garanti pour que l’aide dont ont besoin les civils puisse être acheminée.
– Les bombardements cessent.
– Des observateurs puissent assurer le respect des droits humains et du droit international humanitaire.
Nous vous appelons à venir nombreux pour exprimer votre solidarité avec les civils d’Alep.
Soyons nombreux. Soyons solidaires. Montrons au peuple d’Alep qu’il n’est pas oublié.

Pour la section de Dijon de la Ligue des Droits de l'Homme.
 

mercredi 14 décembre 2016

Soirée Conférence-Débat avec Eric FASSIN « La libération de la parole raciste dans le discours politique ».



SOIREE CONFERENCE-DEBAT
AVEC
ERIC FASSIN
« La libération de la parole raciste dans le discours politique »

MERCREDI 4 JANVIER 2017 20H
SALLE CAMILLE CLAUDEL
(4 rue Camille Claudel 21000 DIJON-Grésilles)
ENTREE LIBRE

Aujourd'hui, la parole raciste se libère. de façon ouverte ou insidieuse, elle envahit le discours politique.
Pourquoi se développe-t-elle ? Quelles sont ses conséquences ?

Comment résister ? Quelles pratiques et discours y opposer ?

Le collectif de vigilance "libertés-état d'urgence-nous ne céderons pas" organise une nouvelle conférence-débat ce mercredi 4 janvier à 20 h salle Camille Claudel à Dijon pour échanger sur ces sujets avec Eric Fassin, sociologue, chercheur et écrivain.

Collectif de vigilance libertés-état d’urgence-nous ne céderons pas : Amnesty International Dijon, Association France Palestine Solidarité, ATTAC, Association des travailleurs Maghrébins en France, Confédération Générale du Travail, Collectif Contre l’Islamophobie en France, CIMADE, Fédération Syndicale Unitaire, Ligue des Droits de l’Homme, Ligue de l’Enseignement, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, Mouvement de la Paix, Réseau Éducation Sans Frontière, syndicat des avocats de France, Solidaires, SOS refoulements, Union Juive Française pour la Paix


dimanche 23 octobre 2016

Démantèlement de la "Lande de Calais" / appel de Rouen.


Calais : contre les expulsions destructrices

Il n'y a pas d'étranger sur cette terre !


A Calais, les autorités préparent la destruction des cabanes où survivent 9000 personnes. C’est pourtant précisément à cet endroit que les mêmes autorités ont décidé de parquer ces gens en 2015, le plus loin possible de la vie de la cité, tolérant explicitement la construction de ces abris. Malgré les conditions de vie extrêmement difficiles, les exilé-e-s se sont organisé-e-s individuellement et collectivement. Une vie sociale s’est développée, aujourd’hui menacée, sans autre solution que l’errance.

La recrudescence de ces expulsions/destructions ces derniers mois est le signe de l’échec patent des politiques d’inhospitalité mises en place par l’État et certains élus locaux à l’encontre des migrant-e-s. Nous le savons par expérience : les expulsions des lieux de vie n’ont jamais eu d’autres conséquences que d’aggraver la précarisation des personnes expulsées qui perdent leurs effets personnels, sont dispersées et condamnées, plus fragilisées encore, à errer à la recherche d’un nouvel abri. Sans concertation ni solutions adaptées, la destruction des abris détruit aussi un réseau social.

Enfin, les discours qui accompagnent ces destructions cristallisent et encouragent les réactions xénophobes. Ces destructions sont irrespectueuses des personnes qui passent mais aussi de celles qui restent, en transformant la question de l’accueil en problème et en faisant croire qu’il suffit de détruire des abris pour régler ce problème.


Les organisations signataires partisanes de l'ouverture des frontières demandent :

un moratoire sur les expulsions et destructions d’abri, tant que des solutions adaptées ne seront pas réfléchies,

que les mineurs isolés qui veulent rejoindre leur famille en Grande Bretagne puissent réaliser leur souhait,

l'accueil de tou-te-s les réfugié-e-s qui fuient la guerre, la misère, la faim, la sécheresse, les inondations, les dictatures, dans des conditions respectueuses de leur dignité (logement, travail, santé, éducation)


Rassemblement

mardi 25 octobre de 18h00 à 19h00

place Saint-Sever

Collectif de défense des libertés fondamentales : AFPS (Association France palestine Solidarité), ATTAC, CREAL (Comité de Réflexion et d'Action Laïque 76), DAL (Droit au Logement), Ensemble!, FSU (Fédération Syndicale Unitaire), LDH de Rouen (Ligue des droits de l'homme),Nouveau Parti Anticapitaliste, Rasl'Front Rouen, SGEN- CFDT Haute Normandie, SAF (Syndicat des avocats de France),...

et : Alternative Libertaire, ASTI (Association de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés), Cimade (Collectif Inter Mouvement Auprès des Evacués), Gauche Révolutionnaire, GREF (Groupement des éducateurs sans frontière), Pastorale des migrants, RESF (Réseau Education Sans Frontières), ...

mercredi 12 octobre 2016

Déambulation organisée sur Dijon par le collectif STOP TAFTA 21 à l'occasion de la journée nationale contre le CETA et le TAFTA.




Une journée nationale contre le CETA et le TAFTA  est prévue le 15 octobre. 

Le collectif STOP TAFTA 21 organise sur Dijon une déambulation humoristique sur la pseudo mort du TAFTA.

La déambulation commencera samedi15 octobre à 10h30 place F. Rude.

 



Alors que le gouvernement français émet publiquement des réserves sur le TAFTA (accord de libre échange commercial entre les Etats Unis et l’union européenne), il ne cesse de présenter le CETA (le même accord commercial mais cette fois entre le Canada et l’Union Européenne) comme un bon accord. En fait, seule une différence les sépare : le Canada a ouvert ses marchés publics aux multinationales alors que les Etats Unis refusent, voulant préserver leurs fournisseurs locaux.

Cet accord négocié pendant 4 ans dans le plus grand secret et publié en février 2016, comprend des dispositions identiques à son homologue.

Baisse des normes liées à la protection de la santé et des travailleurs

Mécanisme d’arbitrage octroyant des droits exclusifs et exceptionnels aux investisseurs, sans aucune contrepartie. Cela permettra entre autres aux firmes américaines de porter plainte contre les états européens via leurs filiales canadiennes

Au nom de la protection de leurs investissements, les multinationales américaines et européennes pourront imposer aux citoyens et aux Etats leurs normes environnementales, sanitaires et sociales dans le seul but d’augmenter leurs profits.

Et pour les citoyens quelles conséquences ?

Une récente étude des Nations Unies de septembre 2016 (Global Policy model – résumé en anglais : http://www.ase.tufts.edu/gdae/Pubs/wp/16-03CETA_ES.pdf) fournit des résultats sans appel :

  • Perte de 45 000 emplois en France en cinq ans
  • Perte annuelle de 1331 euros pour les ménages
  • Baisse des recettes publiques et donc dégradation progressive des services publics.
  • Aggravation de la crise agricole européenne par l’augmentation d’importation de viande et de lait en provenance du Canada
  • Libéralisation du commerce de l’énergie et des matières premières alors qu’une stricte réglementation permettrait de limiter le réchauffement climatique

Et pour les multinationales ?

  • Augmentation de leurs profits
  • Un pouvoir accru sur les réglementations et une justice à leur disposition. 

     

samedi 1 octobre 2016

Aujourd'hui / Forum Citoyen Salle Devosge à Dijon ou "Inventons la nouvelle démocratie"



Communiqué :

Forum citoyen


INVENTONS LA NOUVELLE DÉMOCRATIE !
Samedi 1er octobre 2016 – Salle Devosge à Dijon

Samedi 1er octobre 2016, ce ne sont pas moins de 16 organisations, syndicats et partis* qui s'associent pour inviter les Côte-d’Oriens à confronter leurs idées et inventer de nouvelles formes de démocratie.
S’ils partagent nombre de valeurs communes, les organisateurs de cet événement inédit sont avant tout désireux de laisser chacun(e)s s’exprimer librement, se contentant d’offrir un cadre aux échanges.
Mais la nécessité d’une reconstruction démocratique devrait-elle se penser dans la morosité ?

L’événement se veut constructif mais aussi convivial. 
Divers interludes, un concert et un buffet façon auberge espagnole viendront agrémenter le programme de la journée :
- 14 h : Accueil et musique
- 14 h 20 : Présentation du forum
- 14 h 30-16 h 15 : Ateliers débats : Démocratie dans la cité - Démocratie dans l’entreprise - Démocratie, dans les services publics
- 16 h 15 : Intermède musical
- 16 h 30 – 18 h 15 : Ateliers débats : La république monarchique - L’Europe - Démocratie et médias
- 18 h 15 : Intermède musical
- 18 h 30 – 19 h 45 : Mise en commun et conclusion
- 20 h : Buffet
- 20 h-22 h : Concert avec Gabuzomeu et les six roses (blues, rythm pop)

Salle Devosge, samedi 1er octobre 2016, à partir de 14 h. Entrée libre.
 A l’invitation d’Alternatiba, Alternatives citoyennes en pays Beaunois, Attac, CGT, Cimade, EELV, Ensemble, France Insoumise, Fondation Copernic, FSU, Gauche Alternative Quetigny, Mouvement de la Paix, MRAP, PCF, PG, Solidaires


dimanche 21 août 2016

Demandeurs d'asile / nouvelle occupation à Dijon - appel à soutien !



  
Communiqué du dimanche 21 août 2016.



Le bâtiment situé 22 rue des ateliers à Dijon a été occupé il y a quelques jours pour y reloger une soixantaine de demandeurs d'asile expulsés le 08 juillet dernier du squat de la rue Reggio, dans la zone Cap Nord et laissés sans solution d'hébergement depuis lors. 
L'ancien hôtel de la rue des ateliers était laissé vacant depuis plusieurs années. 
En ce dimanche matin, des militants associatifs sont rassemblés devant le bâtiment pour affirmer leur soutien à cette réquisition, s'assurer que les occupants ne subissent pas de tentative d'expulsion illégale et qu'ils bénéficient d'une procédure judiciaire contradictoire où ils puissent défendre leurs droits.

Cette occupation vise à la fois à donner des solutions concrètes de relogement et à marquer notre solidarité avec les demandeurs d'asile qui fuient les persécutions et guerres dans leurs pays : Érythrée, Soudan, Somalie, Éthiopie, Mali, Tchad ... Elle est une manière d'affirmer que nous ne pouvons les laisser seuls face aux expulsions et face à une administration qui ne respecte toujours pas ses obligations de logement des demandeurs d'asile pendant la durée de la procédure. 
Nous voulons qu'à Dijon comme ailleurs l'esprit d'accueil, d'entraide et le goût de la rencontre priment sur les réflexes de peur et les politiques de rejet des migrants. Les liens tissés depuis plusieurs années avec nombre d'entre eux nous ont enrichis et stimulés. Ils nous ont poussé par ailleurs à prendre la mesure des crises climatiques, sociales, économiques ou climatiques qui secouent le monde, ainsi que le rôle des gouvernements et compagnies occidentales dans leur aggravation. Ils nous ont fait percevoir la nécessité d'en sortir sans se replier dans une “Europe forteresse”.

Nous vous invitons à passer échanger quelques mots et partager un thé dans les jours qui viennent avec les nouveaux habitants du 22 rue des ateliers.

Collectif de soutien aux demandeurs d'asile et migrants


vendredi 3 juin 2016

Soutien à un inculpé du -mouvement contre la loi travail- ce 3 juin 2016 / 15h à la Cité Judiciaire de Dijon.




VENDREDI 3 JUIN 15h – RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN
pour épauler un inculpé du mouvement contre la loi travail
Cité Judiciaire, 13 Boulevard Clémenceau / Dijon.


Depuis le 9 mars, une trentaine de personnes ont été arrêtées durant les différentes manifestations à Dijon contre la Loi Travail. Toutes sont ressorties de garde à vue avec des poursuites judiciaires, même lorsqu'il s'agit de motifs aussi absurdes que de s'être simplement « attroupés » dans la rue ou d'avoir « entravé » la circulation avec une poubelle, remise à sa place dans la minute suivante.
Le sens de telles poursuites n'est pas de réprimer des actes illégaux précis, mais de diffuser parmi les manifestants le sentiment de peur de se faire arrêter et violenter, en procédant à des arrestations spectaculaires, arbitraires et violentes, en faisant durer les gardes à vue, en faisant subir des interrogatoires sous pression, etc.

À Paris et à Rennes, l'emballement judiciaire a atteint des limites encore inédite en France : qualification scandaleuse de « tentative d'homicide volontaire » ou utilisation systématique d'« association de malfaiteurs » viennent répondre à la pression des gouvernants et des syndicats policiers.
Rappelons aussi qu'un manifestant est actuellement dans le coma à Paris, des suites d'une grave blessure à la tête provoquée par une grenade de désencerclement utilisée contre lui par la police.

Derrière ces tentatives d'intimidations, derrière une répression brutale, se dessine le jusqu'au-boutisme du gouvernement, de ses forces en armes et de sa volonté de détruire le mouvement en cours.
Le pouvoir politique construit par voix de presse la figure d'un mouvement violent, radical, antidémocratique, au travers de la figure du casseur qui serait en tout point l'opposé du contestataire pacifique.
Dans le même temps, il s'acharne à marginaliser toutes les formes de contestation jusqu'à créer des cortèges de plusieurs milliers de personnes qui seraient « à la marge » des manifestations. Aujourd'hui tout ce qui émerge dans les manifestations est dit « en marge » de celles-ci : de l'action de sabotage à quelques-uns, jusqu'à récemment les actions massives des cégétistes.

À Dijon, toute une série de procès s'ouvre devant nous.
Les procédures juridiques isolent les inculpés en leur faisant porter seuls la responsabilité de faits qui s'inscrivent dans un large mouvement.
Face à ces stratégies d'isolement et à la réécriture d'une histoire collective, il est plus que jamais important de se tenir ensemble.


Attac 21 ! / Caisse de solidarité contre la répression / Coordination des Intermittents et Précaires / CNT 21 / FSU 21 / Nuit Debout Dijon / Solidaires 21 / Solidaires-Etudiant-e-s

mardi 24 mai 2016

Brèves d'infos / session printemps !



Brèves printanières ...? vous avez dit printanières ?


Nous y étions...


Fin de congrès départemental de la Fédération de Côte d'Or du PCF
le 21 mai à son siège, 3 place Abbé Chanlon à Dijon
et hommage à la camarade Isabelle de Almeida, à l'occasion de la fin de son mandat en tant que secrétaire départementale. 

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1034423009926653.1073741961.175257895843173&type=3 


A noter !


- Vernissage Exposition de Peintures de Marine Vassal au Black Market / vendredi 20 Mai 2016, l'exposition allant du 20 mai au 16 juin.

- Conférence-débat avec Edwy Plenel
Mardi 24 mai 20h salle Camille Claudel à Dijon (entrée libre)
- Cinéma El Dorado vendredi 27 mai 2016 / 20h15 - avant-première du film "la Sociale " suivie d'un débat en présence de Bernard Friot.

- Vendredi 27 mai au Black Market, accueil dès 19h00 du sociologue Nicolas Renahy pour une présentation du livre collectif Sociologie des classes populaires contemporaines, paru chez Armand Colin en 2015. 

- Soirée-débat / la laïcité, qu'est-ce que  c'est ? MJC Montchapet, 1 ter rue de Beaune à Dijon, jeudi 2 juin 2016 à 20h.
avec :
* Francis Gateau, président de la fédération départementale des associations familiales laïques de Côte d’Or  
* Halima  Boualili, juriste spécialisée sur les sujets liés à la laïcité
Maison de la Méditerranée  c/o MJC Montchapet  1 ter rue de Beaune  21000 Dijon

- Vendredi 3 juin - 20H15 à l'El Dorado
L’homme qui répare les femmes / La colère d’Hippocrate" de Thierry Michel

*Denis Mukwege, gynécologue congolais, fait partie de ces personnes qui dédient leur vie à une cause particulière. Voilà donc 15 ans qu’il œuvre dans la région Est du Congo, le Kivu, pour « réparer » les femmes, victimes de sévices sexuels.

Bon début de semaine !